Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/festivaluq/www/config/ecran_securite.php on line 283
Les Lycéens - Festival du Film de Sarlat

27ème édition du 13 au 17 novembre 2018

Festival du Film de Sarlat

  • Raymond Depardon et Claudine Nougaret, pour le film « 12 jours »
  • Anthony Cordier et Guillaume Gouix pour le film « Gaspard va au mariage »
  • Tournages des petites séquence
  • Clovis Cornillac pour le film « Belle et Sébastien 3 »
  • Anne Fontaine, Jules Porier et Finnegan Oldfied pour le film « Marvin ou la belle éducation »
  • Atelier « Le langage du montage » avec Hervé de Luze
  • Marie Garel Weiss, Zita Hanrot et Clémence Boisnard pour le film « La fête est finie ».
  • Anthony Cordier et Guillaume Gouix pour le film « Gaspard va au mariage »
  • Dernière soirée des lycéens

Les lumières de la ville
Synopsis du film :
Un groupe de dignitaires municipaux assiste à l’inauguration d’un monument appelé "Paix et prospérité". La bâche tombe et révèle, endormi dans le bras de "Prospérité" un malheureux vagabond qui n’est autre que Charlot. Après s’être accroché le pantalon au sabre brandi par une statue allongé, il fuit la foule en colère. Plus tard, après une série de mésaventures avec la police, des crieurs de journaux insolents et une trappe au milieu du trottoir, il tombe sur une jeune fleuriste aveugle. Alors qu’il s’arrête, touché par son air triste et sa beauté, le hasard veut qu’une portière claque juste à ce moment-la, laissant croire à la jeune femme qu’elle se trouve en présence d’un homme riche.

Charlie Chaplin

Charles Spencer Chaplin est né à Londres en 1889.
A dix ans, Charles débute sa carrière professionnelle dans une troupe d’enfants danseurs de claquettes. Pendant plusieurs années, il joue le rôle du petit groom Billy dans la pièce "Sherlock Holmes".
En 1908, il signe un contrat avec Fred Karno, alors grand imprésasario britannique de spectacles de cabaret, pour être dans sa troupe de théâtre.

Après une première tournée aux Etats-Unis, Chaplin s’y installe en 1912. Lors d’une tournée dans les music-halls américains fin 1913, il est remarqué par le producteur Mack Sennett qui l’engage à Hollywood. Il apparaît très vite sous les traits du personnage mondialement célèbre de Charlot dans un premier film Charlot est content de lui.
Le vagabond caractérisé par un chapeau melon surplombant une chevelure noire et frisottée, une moustache sous le nez, une redingote étroite et râpée, un pantalon trop large et usée, des godillots fatigués et immenses. Voulant acquérir plus d’autonomie, il monte en 1918 son propre studio et en 1919, il est le cofondateur avec Douglas Fairbanks, Mary Pickford et D.W. Griffith de United Artist (les Artistes Associés), une maison de production indépendante.

Il met en scène plus de 70 films, parmi lesquels Le Vagabond, Le Gosse, Le Pelerin, La Ruée vers l’or, Le Cirque, Les Lumières de la ville.
Avec Les Temps modernes, description virulente du travail à la chaîne et Le Dictateur, réquisitoire contre Hitler et les nazis, Charlie Chaplin amorce une nouvelle transition, en donnant à ses films une dimension politique.

Accusé de sympathies communistes par la commission des activités anti-Américaines il s’exile en 1952, et s’installe en Suisse. Son film Un roi a New York témoigne de cette période et est une violente condamnation du maccartysme.

Son exil met presque un coup d’arrêt à sa carrière. Il tourne son dernier film "comtesse de Hong Kong" en 1967. Il meurt le matin de Noel 1977 à l’age de 88 ans.

Pour en savoir plus cliquez ici et ici

Filmographie

Courts et moyens métrages

Charlie Chaplin a réalisé et joué dans plus de 70 courts métrages à partir de 1914. Parmi eux on peut citer :

1914 : Charlot est content de lui (Kid auto rices at Venice)
1915 : Charlot vagabond (The tramp)
1916 : Charlot rentre tard (One A.M) - Charlot au Music Hall (A night in the show) -
Charlot marin (Shangaied) - Charlot pompier (The fireman)
Charlot machiniste (Behind the screen) - Charlot musicien -Charlot patine (The rink)
1917 : Charlot s’évade (The adventurer) - L’émigrant (The immigrant)
1918 : Une vie de chien (A dog’s life) - Charlot soldat (Shoulder arms)
1919 : Une journée de plaisir (A day’s pleasure)

Longs métrages

1921 : Le kid (The kid)
1923 : L’opinion publique (A woman of Paris)
1925 : La ruée vers l’or (The gold rush)
1928 : Le cirque (The circus)
1931 : Les lumières de la ville (City light)
1936 : Les temps modernes (Modern times)
1940 : Le dictateur (The dictator)
1947 : Monsieur Verdoux
1952 : Les feux de la rampe (Limelight)
1957 : Un roi à New York (A king in New York)
1967 : La comtesse de Hong Kong (A countess from Hong Kong)

Conférences

Stéphane Goudet

Spécialiste du cinéma burlesque, Stéphane Goudet est maître de conférences à l’université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne. Il a consacré à Jacques Tati une thèse de doctorat (en 2000), une exposition à la cinémathèque Française en 2009 (il en fut commissaire avec Macha Makeieff), deux livres édités par les "cahiers du cinéma" et de nombreux films d’analyse dont le dernier "A l’Américaine" portant sur "Jour de fête" figure dans le coffret intégral des films de Tati édité en 2015 par Studio Canal.
Il est également l’auteur d’un "Buster Keaton" pour "Le monde" et les "cahiers du cinéma" et de deux ouvrages pour Folio-Gallimard sur Alain Resnais et l’histoire de la revue "Positif", mensuel auquel il collabore depuis 1994.
C’est en temps que critique et spécialiste du cinéma Iranien qu’il avait accompagné Abbas Kiarostami et réalisé la leçon sur le vent nous emportera. Il est enfin, depuis 2002, directeur artistique du cinéma art et essai Le Meliès, à Montreuil, désormais équipé de 6 écrans.

Stéphane Goudet animera deux conférences :
Charles Chaplin et les grands du burlesque
Analyse du film du Bac : Les Lumières de la Ville de Charles Chaplin

Autour du Film du Bac


LE KID
1921, 60’

Réalisation Charles Chaplin
Interprétation Edna Purviance, Charles Chaplin, Jackie Coogan, Chuck Reisner, Lita Grey

Un pauvre vitrier recueille un enfant abandonné par sa mère, victime d’un séducteur. L’enfant casse des carreaux pour aider son père adoptif, qui l’arrache à des dames patronnesses puis le rend à sa mère devenue riche.


LES TEMPS MODERNES
1936, 87’

Réalisation Charles Chaplin
Interprétation Charles Chaplin, Paulette Godard, Henry Bergman

Charlot est vitrier dans une gigantesque usine. Il resserre quotidiennement des boulons. Mais les machines, le travail à la chaîne le rendent malade, il abandonne son poste, recueille une orpheline et vit d’expédients. Le vagabond et la jeune fille vont s’allier pour affronter ensemble les difficultés de la vie.


LA RUÉE VERS L’OR
1942, 72’

Réalisation Charles Chaplin
Interprétation Charles Chaplin, Mack Swain, Tom Murray, Henry Bergman, Georgia Hale

Klondike, fin du XIXème siècle. Des aventuriers partent en quête de filons d’or dans les montagnes enneigées. Parmi eux, un petit homme coiffé d’un chapeau et muni d’une canne se réfugie dans une cabane où il rencontre deux autres chercheurs d’or. De retour bredouille à la ville, le petit homme fait la connaissance de Georgia dont il tombe amoureux.


CADET D’EAU DOUCE
1928, 71’

Réalisation Buster Keaton

Le jeune William Canfield retrouve son père propriétaire d’un vieux bateau qui navigue sur le Mississippi. Le vieux Canfield voudrait que son fils l’aide mais William a mieux à faire, il est amoureux de Kitty, la fille d’un banquier qui possède un magnifique steamer.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


La Direction d’acteurs avec Franck Victor

Franck Victor a réalisé 7 courts métrages dont Charmante Mira primé dans de nombreux festivals. Il a également été comédien pendant de nombreuses années au théâtre, à la télé et au cinéma. Ancien professeur des cours Florent où il a enseigné la scène et le jeu à la caméra, il a aussi été professeur de direction d’acteurs à l’ESRA. Il vient de terminer Mean, son dernier court-métrage tourné à New-York.


L’écriture du scénario avec Guillaume Laurant

Guillaume Laurant commence par écrire des pièces de théâtre avant d’apporter sa contribution aux dialogues du film La Cité des Enfants Perdus de Jean-Pierre Jeunet (1995) et co-écrit Un Samedi Sur La Terre avec Diane Bertrand (1996). Il collabore également sur Alien : Resurrection de Jean-Pierre Jeunet (1997). Mais c’est avec le succès du film Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain (2001) qu’il devient scénariste connu et reconnu. Il enchaîne ensuite avec l’adaptation du roman éponyme de Michel Quint, Effroyables Jardins (2003) pour Jean Becker. Il poursuit sa collaboration avec Jean-Pierre Jeunet sur Un Long Dimanche de Fiançailles en 2004.
Depuis, il a co-écrit Je m’appelle Elisabeth en 2006 avec Jean-Pierre Améris, et Micmacs à Tire-Larigots en 2009 avec Jean-Pierre Jeunet. En 2011 il adapte L’Homme Qui Rit de Victor Hugo pour Jean-Pierre Améris et l’Extravagant Voyage de TS Spivet avec Jean-Pierre Jeunet. En 2014 il écrit le scénario original du film L’Odeur de la Mandarine de Gilles Legrand. En 2016 il adapte Raoul Taburin de Jean-Jacques Sempé pour Pierre Godeau.
Par ailleurs, il a publié deux romans aux Editions du Seuil, Les Années Porte-Fenêtre (2003) et Happy End (2006).


La Post-production avec Jérôme Bréchet

Après un stage en étalonnage au sein du laboratoire Eclair, Jérôme Bréchet a commencé sa carrière en tant qu’étalonneur rushes au laboratoire Ltc. Il a également travaillé au laboratoire Arane. Il a aujourd’hui plus de 40 films à son actif.
L’arrivée et la démocratisation du numérique l’a amené à se diversifier et connaitre toutes les étapes de la post-production.
Il a travaillé avec une partie des plus grands réalisateurs (Cedric Klapischi, Brett Ratner, Woody Allen, Lasse Halström, Luc Besson, Olivier Megaton) et directeur photo du monde (Linus Sandgren, Enrico Lucidi, Pierre Aïm, Jim Michael Muro, Christophe Beaucarne).


La Lumière au Cinéma avec Jean-Claude Larrieu

« J’ai passé ma jeunesse jusqu’à 21 ans dans un village aux pieds des
Pyrénées, le cinéma semblait alors un rêve inaccessible.
C’est au moment de mon service militaire à l’ECPA, ensuite comme opérateur de reportage découvrant le monde, que j’ai appris mon métier. Au début des années 1980, j’ai signé pour la première fois, l’image d’un long métrage et plus de 50 films plus tard, ma passion reste intacte. Voici les derniers films sur lesquels j’ai collaboré :
Nobody want’s the night d’Isabel Coixet, Floride de Philipe Le Guay, The bookshop
d’Isabel Coixet, Julieta de Pedro Almodóvar et Normandie Nue de Philippe Le Guay.


Le Langage du Montage avec Hervé de Luze

Après des études d’économie, Hervé de Luze lâche tout, suite à un drame personnel, pour se consacrer au cinéma.
D’abord assistant d’Henri Langlois à la Cinémathèque Française, puis réalisateur de petits films pour GAUMONT Actualités, il devient illustrateur sonore et monteur musique pour une série télévisée historique produite par GAUMONT et TELECIP, et, de fil en aiguille, monteur son.
Ensuite, monteur son sur quelques longs métrages : DIABOLO MENTHE, TESS…
Puis, monteur image de nombreux courts métrages réalisés par Olivier ASSAYAS, Jacques ROBIOLLES, Gérard MARX, Arthur JOFFÉ…
Puis enfin monteur image de plus de 75 longs métrages réalisés par Claude BERRI, Roman POLANSKI, Alain RESNAIS, André TÉCHINÉ, Agnès JAOUI, Maurice PIALAT, Arnaud DESPLECHIN, Bruno PODALYDÈS, Guillaume CANET, Jaco VAN DORMAEL.
Réalisateur d’un court métrage, prix de Rome 1985.
Réalisateurs de quelques pubs
Auteur de deux scénarios de fiction.
Neuf fois nommé au César il en a obtenu trois, 1998 César du meilleur montage pour On connait la Chanson, 2007 pour Ne le dis à personne, 2011 pour The Ghost Writer.
Pour Le Pianiste, il a obtenu l’Aigle en Pologne et a été nommé aux Oscars.


Le Cinéma d’Animation avec Serge Elissalde

Né en 1962 à Besançon avec un entonnoir xiphoïdien, il n’y remettra plus les pieds !
Après l’éclatement familial & des études complètes de prof de dessin à la fac de Bordeaux, il n’y remettra plus les pieds non plus.
Le voilà donc errant deux années à Toulouse, puis à Lille pour enseigner à des collégiens ; ce qui le fatigue étrangement et empêche son ego artistique de s’exprimer pleinement.
Il décide donc il y a 30 ans de se former tout seul aux techniques de l’animation en réalisant son premier court-métrage, & de loger à Paris, puisqu’il n’y a que là qu’on peut espérer vivre de cette pratique nouvellement promue par la politique ministérielle de Jack Lang pour en faire une véritable industrie dénuée d’âme.
Désappointé par l’ambiance de travail qui règne dans les studios, il participe avec plaisir à la création de « L’atelier d’anim » qui devient son lieu de prédilection en même temps qu’un pôle discret de l’animation parisienne… avant de s’installer à Angoulême pour faire exactement la même chose en fondant la société « Les Trois Ours » avec deux compères du même poil, studio qui sera liquidé 6 ans plus tard juste après avoir reçu le césar du meilleur court-métrage d’animation.
Afin de rester sur le thème animalier, il refonde l’association des « Films du Hérisson » pour faire comme les trois ours, moins les problèmes de budget.
L’avenir incertain l’invite à accepter le poste de directeur pédagogique à l’école des métiers de l’animation où il professe déjà depuis une dizaine d’année ; belle occasion de continuer une ligne pédagogique orientée vers la réalisation, par les étudiants, des films qu’il n’a pas toujours le courage de faire.
Suivant les fameux conseils des marabouts de Barbés, chance, travail & amour rythment désormais son existence toujours jalonnée de dossiers graphiques, d’ateliers novateurs, de réalisations de séries raffinées, de courts métrages d’auteur (trop rares à son goût), de longs métrages atypiques (presque toujours impossibles à monter), et d’incursions dans la publication à compte d’auteur… ou pas.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

FRANCONVILLE – Lycée Jean Monnet : Les feuilles mortes (Fiction 8’)
Sacha, 17 ans, vit mal l’absence de l’un de ses proches. Un jour, malgré l’interdiction de sa mère, elle va le rejoindre.

LIMAY – Lycée Condorcet : Silence is the loudest sound (Fiction 8’)
Un jeune homme plonge dans une profonde mélancolie depuis l’accident qui a entraîné le coma de sa petite amie.

MIRECOURT – Lycée Jean-Baptiste Vuillaume : Charlie a un chéri ! (Fiction 7’)
Charlie profite d’un repas de famille en son honneur pour annoncer à ses proches son homosexualité.

MONTIGNY LES METZ – Lycée jean XXIII : L’Homme (Fiction 8’)
« L’homme est comme l’être qui défigura et qui ne veut rien tel que l’a fait la nature, pas même l’homme » (Emile ou de l’éducation, J.J. Rousseau)

PARIS – Lycée Honoré de Balzac : La disparition de l’insouciance (Documentaire 8’)
Le 13 novembre 2015, Samuel est chez lui, son père, lui, est au Bataclan…

ROCHEFORT – Lycée Merleau-Ponty : Le film perdu des Ranaatoas (Fiction documentaire 8’)
Des rushes datant d’une expédition scientifique de 1937 à 1939 dans les îles du Pacifique, ont été récemment retrouvés et restaurés.
Ce témoignage inestimable d’un peuple jusque là resté inconnu a pu être monté grâce à la collaboration entre le FAR (Fonds Audiovisuel de Recherche à La Rochelle) et l’option cinéma du Lycée Merleau-Ponty de Rochefort.

SAINT DENIS – Lycée Suger : Le souk dans ma tête (Fiction 7’)
Un trentenaire du nom de Alex, vivant encore chez sa mère, sans emploi, tombe un jour la tête la première dans son bol de céréales…

SARLAT – Lycée Pré de Cordy : Amnesia (Fiction 8’)
Victoria est atteinte d’amnésie partielle depuis le suicide de son petit ami, Isaac. Elle décide de consulter un psychiatre afin de se remémorer les derniers instants passés avec Isaac.

TALENCE – Lycée Alfred Kastler : Macabre story (Fiction 7’)
Un nouveau concept de télé-réalité qui va révolutionner les codes du genre !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Jury jeune Sony Playstation 2017

Noor ABDOU, Lycée d’Arsonval, Brive-la-Gaillarde

Hugo BERGES, Lycée Gaston Fébus, Orthez

Marilou BUREL, Lycée Pré de Cordy, Sarlat

Corentin DELATTRE, Lycée Clémenceau, Reims

Tom GRELIER, Lycée Max Linder, Libourne

Jeanne GRIGY-KISSIAN, Lycée La Source, Meudon

Jérémie LEVY, Lycée La Source, Meudon

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.